C'est quoi "bien manger"?

© Mhyr
© Mhyr

Difficile de parler du « bien manger » sans aborder la dépense d’énergie au quotidien et la sphère du psyché (notamment notre relation avec la nourriture). Même si nous ne l’abordons pas systématiquement dans nos prochains exemples, n’oubliez pas que l’hygiène de vie repose sur un triptyque indissociable :

  • la nourriture;
  • le mouvement (sport);
  • la gestion psycho-émotionnelle (société, développement personnel, etc.).

 

La question du « bien manger » doit donc être placée dans le contexte de vie propre à chaque personne qui lira ces prochaines lignes (courage… vous pouvez encore fuir en stoppant dès à présent votre lecture).

Comme cette thématique s’annonce conséquente, nous vous proposerons, chaque mois, un nouveau chapitre.

 

Sommaire

  1. Quelques bases
© Adobe Stock
© Adobe Stock

Quelques bases

Un discours généralisé

Énonçons quelques bases avant d’attaquer le vif du sujet. Il y a 3 règles qui nous portent à cœur quand nous prenons la parole durant nos ateliers/séminaires :

  1. Un discours généralisé est une piste de réflexion et ne peut être pris pour une réalité. Libre à chacun de sortir des sentiers battus afin d’expérimenter ces généralités et découvrir sa propre réalité.
  2. Ne nous croyez pas ! Creusez les sujets qui vous intéressent afin de gagner en esprit critique.
  3. Rien n’est figé, tout est en mouvement et tout évolue. La vérité d'aujourd'hui sera peut-être la connerie de demain. Ne jugez pas les anciennes théories sous prétexte qu’elles vous semblent obsolètes. Acquérir une nouvelle croyance/connaissance nécessite d’en avoir eu une ancienne qui a servi et sert encore de base.

Que veut dire "calorie" et que faire de cette donnée?

Nous entendons souvent parler des calories. Elle ne sont rien de moins que l’énergie nécessaire pour faire tourner tous les systèmes de notre corps. Faut-il les calculer ? Faut-il privilégier la qualité alimentaire sans faire attention aux calories ingérées ? Une calorie est-elle égale à une autre calorie ? Ce sujet n’a pas fini de nous en faire baver.

     
 

La véritable question serait plutôt : « que souhaitez-vous ? »

 
     

Si vous souhaitez perdre du poids (ou en prendre), connaitre ce que vaut votre nourriture en termes d’énergie peut être intéressant afin de comparer votre perte d’énergie quotidienne et vos prises alimentaire. Cette curiosité, à condition qu'elle soit saine, reste la meilleure solution pour atteindre vos résultats.

 

A contrario, si ce genre de « prise de tête » vous effraye, chercher avant tout la qualité alimentaire pourrait être plus judicieux.

 

Vous l’aurez compris, cela dépend de votre vision, de ce que vous considérez comme une « contrainte » afin de ne pas ajouter plus de stress dans une société qui en produit déjà bien assez.

  

Si vous êtes intéressé(e) à connaitre les calories de vos aliments et les macro/micro-aliments qu’ils contiennent, nous vous conseillons Cronometer ou MyFitnessPal qui sont des applications gratuites.

© Adobe Stock
© Adobe Stock

Le métabolisme de base

Notre métabolisme de base correspond aux dépenses de l’ensemble des fonctions de notre corps durant 24 heures. Un fort métabolisme permettra, certes, de brûler plus d’énergie (de calories) mais il sera également le reflet de notre santé.

COMMENT LE MESURER ? QUELS SONT LES SIGNES D’UN MÉTABOLISME « ADAPTÉ » ET COMMENT L’AMÉLIORER ?

Il existe plusieurs sites internet qui permettent de mesurer votre métabolisme (par exemple celui-ci). Au-delà du fait que ces mesures restent approximatives, ce qui nous intéresse n’est pas forcément de connaître notre métabolisme de base (à moins que vous vouliez calculer vos macros et micro-aliments) mais plutôt de savoir s’il est suffisamment « adapté » à notre contexte de vie.

  • Si votre corps n’utilise pas suffisamment d’énergie, c’est qu’il est, en quelque sorte, en souffrance (stress physique et/ou psychique). Des signes se manifesteront rapidement tels que de la fatigue chronique, une frilosité postprandiale, des pertes de cheveux, des maux de tête, etc.
  • A contrario, lorsque vous soumettez un effort à votre corps (comme un travail digestif) et qu’il a suffisamment d’énergie pour fonctionner correctement, il devrait voir ses fonctions augmenter ce qui engendrerait une augmentation de température ainsi qu’une augmentation du rythme cardiaque.

 

Le test que vous propose Will Janssens est plutôt simple. Il vous suffit de vous munir d’un thermomètre et de prendre votre température avant un repas, puis de le faire à nouveau 20’ plus tard (nous vous conseillons de placer votre thermomètre sous la langue et sous les aisselles afin d’avoir deux données qui peuvent, par moment, différer). Une seule prise peut déjà vous donner quelques pistes (plus de détails en cliquant ici).

© Adobe Stock
© Adobe Stock

Mais du coup, comment pouvons-nous optimiser notre métabolisme de base ? Le meilleur moyen d’augmenter les dépenses du corps reste de bouger quotidiennement… ce qui ne veut pas forcément dire « faire du sport » puisque le simple fait d’être plus actif durant notre journée nous permet d’augmenter nos dépenses énergétiques. Le sport (fitness, course à pied, etc.) peut être intégré par la suite. Faites attention à ne pas tomber dans l’excès en voulant trop bien faire ! Trop de contraintes (musculaires et cardiovasculaires) vont épuiser les ressources de votre corps.

Conséquence ? Nous revenons au point de départ, à savoir un corps en état de souffrance.

 

N’oubliez pas qu’une indication de pulsations cardiaques et de températures considérées comme trop basses ou changeantes restent du domaine de l’observation et doivent être corrélées avec un état de souffrance (digestion, fatigue, irritabilité excessive, etc.) avant d’être investiguées plus loin. Nous vous donnons des pistes de réflexion, à vous d’aller gratter plus loin si le sujet vous intéresse.

Doit-on calculer nos macro- et micro-aliments

Si seulement nous pouvions vous donner une réponse aussi simple qu’un oui ou qu’un non. Méfiez-vous des discours autoritaires. Pour vous répondre, mettons en place trois exemples un peu plus précis :

 

Je veux perdre du poids mais je ne connais pas la valeur (en macro/micro-aliments) de mon alimentation

Qui dit « perte de poids » ou « prise de poids » dit également « trouver un équilibre entre la prise alimentaire et nos dépenses ».

Dans les cas de perte de poids, trouver le moyen de bouger plus au quotidien doit rester un objectif phare ! En ce qui concerne notre alimentation, connaître la valeur de vos aliments est certainement le meilleur moyen de perdre du poids. Vous avez énormément d’applications qui vous permettent de « tracker » vos macro et micro-aliments. Voyez ce fonctionnement comme un apprentissage et une recherche de connaissance sur ce qui vous permet de vivre : vos aliments. Les données restent approximatives, certes, mais elles nous donnent une bonne piste de réflexion.

 

Je veux perdre du poids mais me peser me stresse énormément et calculer mes calories m’angoisse

Vous pouvez vous focaliser, avant tout, sur la qualité de vos aliments et la qualité de chaque repas en vous posant la question : « ai-je bien des protéines, des glucides et des lipides dans chacune de mes prises alimentaires ? » Cela vous permettra de mieux assimiler vos repas et éviter certains manques au niveau des macro-aliments. Pour les micros-aliments, mangez suffisamment de fruits et de légumes durant votre journée et surtout qu’ils soient variés.

C’est, bien entendu, TROP généralisé comme conseil et cela nécessitera que vous fassiez quelques recherches ou que vous vous tourniez vers un professionnel.

 

Je n’ai ni problème de poids ni problème de santé. Je veux simplement garder la ligne pour rester en bonne santé

Dans ce cas de figure, vous pouvez apprendre à connaître, de façon ponctuelle, ce qu’il y a dans votre assiette (surtout contrôler si vous avez suffisamment de micronutriments en les « trackant » sur 3-4 jours par exemple). Recherchez en priorité la provenance de vos aliments en privilégiant le « circuit court ». Privilégiez le local (la qualité du BIO varie suivant les pays). Votre hygiène de vie globale devrait être votre première préoccupation (sport, alimentation, psycho-émotionnel). Nous viendrons un peu plus dans les détails dans les prochains chapitres.

© Adobe Stock
© Adobe Stock

Vous voyez que la question, « elle est pas vite répondue » (oui désolé, on devait la placer un jour celle-là. Pour ceux qui n’auraient pas la référence, voici la vidéo). En fin de compte, votre vision de l’alimentation, vos objectifs et votre contexte de vie définissent si oui ou non calculer les calories doit être votre priorité.