Le sauna et ses bienfaits

© Pixabay
© Pixabay

Aaah ! Quel plaisir de se trouver au chaud durant nos hivers si froids ! Et quoi de mieux qu’un sauna pour réchauffer notre corps ?

 

Mais savez-vous d’où nous vient cette pratique et quel protocole pouvons-nous mettre en place pour en optimiser les bienfaits ? Cet article vous fournit quelques explications afin de vous initier au mieux à cette méthode de relaxation et de vous permettre de l’exécuter avec un peu plus de conscience et de précision.


Le sauna

Le sauna est une tradition finlandaise dont les origines sont difficiles à retracer. Ses premières versions dateraient de l’âge du bronze et les premières traces écrites remontent au XIIe siècle lorsqu'une chronique décrit des saunas en bois. Il faut attendre la réforme en Scandinavie pour que le sauna s’exporte dans d’autres pays. Une pratique similaire est toutefois courante dans la tradition spirituelle nord-amérindienne et ses huttes à sudation.

Quels en sont les bienfaits?

Tout d’abord, faisons la distinction entre le sauna et le hammam :

  • Le sauna fonctionne avec un air sec qui provoque une intense sudation ;
  • Le hammam produit un air humide empêchant le corps de trop transpirer (puisque l’air est déjà saturé en eau). Les effets du hammam seront décrits dans un prochain article.

 

Dans un sauna, la chaleur stimule les glandes sudoripares ce qui conduit à l’élimination de certains éléments stagnants dans le corps (sels minéraux, substances chimiques inorganiques, etc.) et qui n’auraient pas pu être éliminés par l’urine. Ce processus d’élimination permet de rétablir un équilibre entre les minéraux du corps. A ce titre, la peau est une zone d’élimination (cristaux/colles) importante en naturopathie (elle est considérée comme un émonctoire). Par cet aspect, le sauna pourrait être intéressant dans quelques cas de douleurs chroniques telles que les rhumatismes et l’arthrose. N’hésitez pas à contacter votre médecin ou votre naturopathe de référence afin d’avoir de plus amples informations à ce sujet.

 

La chaleur sèche du sauna permet d’augmenter le débit et la fréquence cardiaques grâce à la vasodilatation du réseau sanguin ; le tout d’une façon « douce » qui permet d’améliorer certaines pathologies cardiovasculaires. Si vous êtes dans ce cas-là, restez en contact avec votre médecin.

La loi de l'Hormèse

     
 

Qui sommes-nous pour dresser des "lois" ?

Nous sommes les rois pour inventer des lois et en faire des vérités. 

 
     

Mis à part le mot « loi » qui fait dresser les cheveux de Yannick sur sa tête, cette théorie possède quelques points intéressants.

Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort !

 

Vous avez certainement déjà entendu cette phrase et la pratique du sauna ne déroge pas à la règle. Cependant, avant de vous lancer corps et âme dans un cabanon en bois chauffé entre 70° et 100°C, quelques points importants doivent être précisés :

  1. Faites-le à condition que votre corps puisse récupérer de cet effort. Sans cette condition, le principe de l’Hormèse n’a aucune valeur. Faites deux heures de sauna tous les jours sans que votre corps n’ait l’habitude et les effets bénéfiques ne seront certainement pas au rendez-vous.
  2. Le stress fourni à votre corps (ou votre tête) ne doit pas durer, faute de quoi il deviendra chronique et engendrera d’autres problématiques telles que l’augmentation du cortisol sur une trop longue période, la perte de contrôle des mécanismes inflammatoires, etc.
  3. Expérimentez de manière progressive et non de manière agressive. Le chaud c’est comme le froid : si vous voulez apprendre à faire des bains et des douches froides, il ne sert à rien de vous baigner tous les jours dans de l’eau à 2°C si vous ne laissez pas votre corps s’y habituer progressivement.

 

Le sauna peut devenir une fabuleuse technique pour les personnes qui ne supportent pas les jours chauds de l’été. Une pratique régulière du sauna durant les premiers jours du printemps permettrait de préparer son corps à une brusque augmentation des températures estivales.

© Pixabay
© Pixabay

Comment s'y prendre? Le protocole de Yannick

Premier passage

Commencez par prendre une douche pour vous débarrasser de certaines impuretés puis séchez-vous.

Pour les habitués, si vous pouvez modifier la température du sauna, mettez-la au degré le plus haut possible (c'est-à-dire celui que vous pouvez supporter) et restez à peine dix minutes (juste le temps de sentir rouler les gouttes de transpiration sur votre peau).

Si c’est votre première fois, arrêtez-vous après huit ou dix minutes. Sortez, douchez-vous (eau tiède), et reposez-vous dix minutes (le temps que la température du corps redescende, car elle peut atteindre 40°C).

Deuxième passage

Vous êtes nouveau dans cette pratique (ou vous n’avez pas beaucoup de temps devant vous) ? Commencez par un seul passage.

Pour les autres, retournez dans le sauna une quinzaine de minutes (légèrement moins chaud qu’au premier tour si vous pouvez modifier la température).

Sortez, douchez-vous brièvement pour enlever les traces de sueurs puis reposez-vous à nouveau (ne vous essuyez pas, votre corps continuera de transpirer).

Vous pouvez faire encore un dernier passage si vous le souhaitez en respectant ces mêmes points.

Post-sauna

Si vous souhaitez prendre une douche ou un bain froid, n’hésitez pas. Il est facile de s’immerger dans des eaux très froides (2-3°C) après deux ou trois passages.

La respiration et la focalisation

Être dans un sauna est l’un des meilleurs moments pour appliquer certaines pratiques sophrologiques telles que la cohérence cardiaque ou le travail de focalisation (se concentrer sur le relâchement du corps et la sensation de chaleur par exemple). La préparation mentale est une des spécialités de Yannick et d’Alex, n’hésitez pas à les contacter si vous êtes intéressés à mettre en place quelques techniques de relaxation durant votre sauna (ou même en dehors de cette pratique).

Quand boire?

Buvez de manière régulière durant votre journée avant et après le sauna. Nous vous conseillons de ne pas boire durant votre séance: le corps est en état de stress, ce n’est pas le moment de lui donner du travail avec une assimilation d’eau et une stimulation des organes.

S'accompagner d'huiles essentielles

L’odeur de l’Eucalyptus doux (radiata ou smithii) est caractéristique du sauna. Une goutte déposée sur la pierre permet de libérer les voies respiratoires. Il en va de même pour l’huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum camphora).

Pour une séance plus méditative, vous pouvez opter pour l’Encens carterii (Boswellia carterii) ou le Bois de santal (Santalum album).

Les Petitsgrains tels que celui de bigarade (Citrus aurantium ssp aurantium petitgrain) seront, eux, plus calmants et sédatifs.

Des contres-indications?

Comme toujours, restez en contact avec votre médecin.

Partez du principe que tant que cela vous fait du bien, vous êtes dans le juste. Attention cependant à certains problèmes dermatologiques tels que les prurits (démangeaisons avec lésions dermatologiques), car l’air du sauna reste principalement sec. Si vous avez une pathologie cardiovasculaire non stable, évitez le sauna au vu de ses effets sur les artères (cela est surtout valables en cas de problèmes coronaires).

 Que la chaleur soit avec vous!