Philippe & la réflexologie

Philippe Berguerand dans son cabinet. Crédits: LindaPhoto
Philippe Berguerand dans son cabinet. Crédits: LindaPhoto

L'année 2019 sera celle de la naissance du Centre M&Y Coaching, un lieu où nous souhaitons encadrer nos patients au mieux en leur mettant à disposition un réseau de thérapeutes. Aujourd'hui, nous vous proposons de rencontrer Philippe et d'en découvrir un peu plus sur l'une des thérapies qu'il applique: la réflexologie.


Yannick: Salut Philippe, nous nous sommes rencontrés à la suite de l’annonce que nous avions postée pour notre centre de thérapies : nous étions à la recherche de thérapeutes indépendants et tu as répondu présent. Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

 

Philippe: Je m’appelle Philippe Berguerand. J’ai ouvert mon cabinet Retour aux sources à Vétroz. J’ai été polymécanicien jusqu'en 2018 mais je m’intéresse à la médecine alternative depuis 2016. J’ai suivi plusieurs formations en commençant par des notions en médecine académique. J’ai ensuite enchaîné avec le drainage lymphatique, la réflexologie plantaire et le massage. Je pense que mon attrait pour les traitements naturels me vient de mon oncle. Il est lui aussi thérapeute et a son propre cabinet. Je l’ai vu travailler, aider les gens et il m’accompagne depuis que je suis tout petit. De fil en aiguille, je pense que je ne suis pas là où j’en suis par hasard.

 

 

Pour cet échange, j’aimerais qu’on mette surtout en avant la réflexologie puisque c’est la thérapie qui pourra être testée par les visiteurs de nos portes ouvertes le 13 janvier 2019. Pour toi, c’est quoi la réflexologie ?

 

La réflexologie plantaire est une thérapie très complète puisque tout le corps humain se retrouve dans les pieds : si l’on sait où appuyer, on peut soigner de nombreux maux. Une bonne anamnèse est essentielle et peut amener d’excellents résultats.

 

 

Comment définis-tu le fonctionnement peut-être plus logique et mécanique de cette pratique ?

 

On se place ici à un niveau plus énergétique. On part du principe que les méridiens partent ou se terminent au niveau des pieds et des mains ; ces parties du corps sont alors considérées comme des cartes où figurent tous les organes. Dans la médecine chinoise, on travaille sur l'entier du corps, en particulier les pieds, les mains et le visage tandis que la réflexologie plantaire se focalise sur les pieds. L’énergie circule par les méridiens des mains aux pieds en passant par les organes, en traversant le corps et la tête, le Yin et le Yang. Elle vise l'équilibre entre ce qui monte et ce qui descend, entre ce qui est plutôt plein et plutôt vide (dans le cas des organes par exemple). L’information serait donc transportée par les méridiens. L’objectif est de soulager certains nœuds ou blocages des méridiens et ainsi permettre au corps de se libérer, de mieux fonctionner. La réflexologie, c’est avant tout une histoire de signal : d’un côté, ce n’est pas le pied qui souffre lorsque l’on appuie sur les points mais la partie du corps qui y est reliée ; de l’autre, on ne traite pas le pied mais on montre au corps une autre façon de fonctionner qui sera moins douloureuse.

 

 

De mon côté, je m’intéresse beaucoup aux trigger points qui est un massage très mécanique. J’ai toutefois remarqué que les points que je massais sont pratiquement les mêmes que ceux de la réflexologie ou de l'acupressure. La mécanique et l’énergétique se rejoignent : les enchaînements de douleur occasionnés par un massage des trigger points rejoignent ce que tu dis à propos de l’émission d’un signal…

 

C’est tout à fait ça : tout se complète. Par exemple, la détente que j’apporte par les massages complète les informations que je veux transmettre au corps par la réflexologie. La combinaison est très efficace, même sur la durée. De plus, les gens ont tendance à parler pendant le massage et la plupart prenne d’ailleurs conscience à ce moment-là des causes de leur douleur. On se rend alors compte de combien l’esprit et le physique sont liés… La Méthode Coué est particulièrement éclairante à ce sujet : si on arrive à se convaincre qu’une chose qui nous embête est positive alors elle ne nous posera plus de problème. 

Est-ce que ce sont des soucis de santé à ton travail qui t’ont conduit à cette façon de penser et à cette réorientation professionnelle ?

 

Non non, ce sont des prises de conscience que j’ai eues au fil de ma vie. Je suis une personne qui ne se met pas de pression et qui vit au jour le jour. Si quelqu'un me met la pression, je lui fais comprendre que j’ai des limites… comme toutes les machines.

 

J’ai néanmoins eu des problèmes de santé en 2ème et 3ème primaires dus au comportement d’une professeure. J’ai subi une telle dose de stress que mon corps a littéralement été bloqué : je ne pouvais plus aller à l’école. Mon système digestif arrêtait de fonctionner ce qui m’a même conduit à l’hôpital. Je pense vraiment que c’est mon esprit qui essayait de me dire qu’il fallait que je change d’environnement. Mais que peut faire un enfant de 8-9 ans ? Pour beaucoup, il s’agissait d’un simple caprice… Pourtant, du moment où j’ai changé de professeure, mes problèmes digestifs ont totalement disparu…

 

 

J’aime beaucoup ta façon de voir et de penser ! Je me réjouis de collaborer et d’échanger avec toi.

Revenons à ta pratique thérapeutique. A qui conseillerais-tu la réflexologie ?

 

C’est vraiment très large. La réflexologie est une thérapie de contact qui n’est pas facile pour tout le monde, car toucher les pieds est une pratique qui refroidit beaucoup de personnes. Je la conseille toutefois à tous, car c’est une thérapie très complète et qui soulage rapidement tous les types de patients. C’est un bon « check up » ou un bon « service de voiture ». Malheureusement, les gens ont souvent plus tendance à prendre soin de leur véhicule et donc d’aller chez le garagiste plutôt que d’entretenir leur corps et donc de consulter un médecin ou un thérapeute…

 

 

Est-ce qu’elle peut être contre-indiquée ?

 

On déconseille la réflexologie aux femmes durant les 3 premiers mois de grossesse. On ne va pas se mentir, c’est avant tout pour protéger le thérapeute puisque l’implantation du fœtus n’est pas encore optimale. Mis à part ce cas-là, je ne vois pas de contre-indications, tant que le thérapeute place une bonne intention dans sa pratique. Mon objectif n’est pas d’enchaîner les clients pour amasser un maximum d’argent. Je veux au contraire prendre le temps avec chaque patient et lui faire sentir qu’il n’est pas qu’un numéro. C’est aller un peu à l’encontre de la pratique médicale qui est contrainte et pressée par notre société…

 

 

Notre but avec le Centre M&Y Coaching est avant tout de créer un réseau de thérapeutes qui puissent collaborer entre eux et accompagner les patients jusqu'au bout. Est-ce qu’il t’arrive de collaborer avec d’autres thérapeutes ?

 

Je fonctionne beaucoup par le bouche-à-oreille : si plusieurs patients me vantent les mérites d’un thérapeute, je n’hésiterai pas à le conseiller à d’autres lorsque je vois que mes soins n’aboutissent pas. Il existe énormément de thérapeutes ce qui est une bonne chose, car tout le monde ne peut pas convenir à tout le monde. Il faut être curieux et tester des choses. C’est valable aussi bien pour le patient que pour le thérapeute. Je suis avide d’expériences et d’échanges.

 

 

Je rêve de mettre en place des rencontres entre thérapeutes, des types de table ronde où l’on exposerait des cas difficiles à traiter…

 

Ce serait génial, car confronter plusieurs thérapies permettrait de proposer une solution au patient sans qu’il ait besoin de faire les démarches pour trouver les thérapeutes.

 

 

D'ailleurs, quelles sont les autres thérapies que tu proposes ?

 

J’ai suivi les formations de drainage lymphatique et de massage. J’ai aussi suivi un cours de magnétothérapie qui est la thérapie par les aimants. Nous sommes tous des êtres sensibles au magnétisme et à ses polarités. Les aimants permettent de rééquilibrer la polarité de nos organes mais aussi des chakras. Ces formations m’ont permis d’enrichir ma pratique et d’établir des petits protocoles. Ça me permet aussi d’offrir à mes patients différentes pistes de traitement.

 

 

Quelles sont les catégories de patients qui te contactent le plus ?

 

Les femmes qui ont plus de 35 ans et souvent pour des douleurs de la nuque et des trapèzes. On dit que ces zones sont celles d’un poids lourd sur les épaules. J’aime leur rappeler que, le plus souvent, ce sont des douleurs qu’elles ont décidé de s’imposer. C’est compliqué de leur faire réaliser qu’elles n’ont pas à gérer l’entier du monde qui les entoure… J’ai aussi beaucoup de cas de ménopause qui surgisse lors de l’anamnèse. J’ai aussi beaucoup de jeunes femmes qui viennent pour de l’endométriose et des règles douloureuses. En fin de compte, j’ai remarqué que si les symptômes pouvaient être variés, les causes sont le plus souvent les mêmes et surtout liées à notre environnement.

 

 

Eh bien, Philippe, merci pour cet échange ! Un dernier mot à ajouter ?

 

J’aimerais insister sur le pouvoir de la médecine alternative pour soulager des maux soi-disant incurables… parmi eux figure l’apnée du sommeil à propos de laquelle j’ai écrit un article consultable sur mon site.