Prendre soin de son sommeil #5

Alex vous parle de l'hypnose et de son agissement sur les troubles du sommeil
Alex vous parle de l'hypnose et de son agissement sur les troubles du sommeil

Qui n’a jamais eu de soucis de sommeil : peine à s’endormir, sommeil fractionné, fatigue alors que l’on vient de se lever ? Nous sommes une grande majorité à manquer d’heures de sommeil et pourtant nous peinons à mettre en place des habitudes telles que se coucher plus tôt et éviter les écrans le soir avant de s’endormir.

Alex Milius est hypnothérapeute sur Nendaz. Yannick et lui se sont rencontrés dans leur formation de naturopathe, ils ont souvent eu l’occasion de discuter et de comparer leurs façons de penser.

 

Nous voulions avoir son avis sur le sommeil et surtout, voir ce qu’il propose pour tout ce qui touche aux problèmes d’insomnie et autres troubles.


Yannick: Salut Alex ! Alors as-tu souvent des gens qui viennent te consulter pour des problèmes liés au sommeil ?

 

Alex Salut Yannick ! Pas souvent et les personnes qui pourraient en bénéficier ne sont pas forcément celles qui viennent consulter pour ça. Les clients cherchant une solution à leur problème de sommeil sont généralement des individus pour qui la problématique s’est présentée soudainement ; suite à un gros changement dans leur vie (rupture, blessure, événement traumatisant, etc.) et en principe, ça passe tout seul.

 

Les personnes ayant des problèmes de sommeil depuis longtemps se sont souvent fait une raison, et considèrent que cela fait partie de leur quotidien, sans vraiment chercher une solution. Chez eux, l’hypnothérapie serait très adaptée.

Quels problèmes de sommeil rencontres-tu le plus souvent ? Et à quoi sont-ils liés selon toi ?

 

Le réveil en pleine nuit avec des difficultés à retrouver le sommeil, le somnambulisme, ou les paralysies du sommeil sont plutôt rare. L’hypnothérapie apporte un soutien intéressant dans ces situations. La problématique typique est une personne ayant de la peine à s'endormir. Dans ce cas de figure, l’hypnothérapie ne va pas forcément apporter une aide dans l’endormissement en lui-même mais plutôt dans un ralentissement entre la journée et le temps de repos.

 

Je n’ai jamais entendu un client me dire « Je fais du sport en rentrant du travail, je mange très léger pour souper, j’arrête tout écran une heure avant d’aller me coucher, je lis un peu, je bois ma tisane tranquillement sur le canapé ET APRES JE N’ARRIVE PAS À DORMIR ! ». Les gens se demandent plutôt pourquoi ils n’arrivent pas à dormir après leur fondue bourguignonne et leurs 45 minutes de Facebook dans le lit.

 

Les raisons sont diverses mais elles viennent généralement du fait que les individus ne se rendent pas compte qu’ils ne sont pas des machines qu’on peut mettre en veille sur pression d’un bouton, sans aucune préparation.

En général, comment se passe une séance d’hypnothérapie dans ces cas de figure ?

 

Il y a deux approches. Appelons-les le pansement et la thérapie. Idéalement, il faudrait engager une thérapie afin de permettre à la personne en traitement d’adapter ses habitudes pour la diriger vers une diminution progressive des stimuli menant vers une période de sommeil.

 

Pleins de facteurs peuvent entraver cette approche. Le principal étant que les clients ne cherchent que rarement à changer leurs habitudes. Ils veulent une solution rapide et immédiate. Ils souhaitent que je leur apprenne à se mettre en veille à n’importe quel moment mais ce n’est qu’un bref pansement. Oui, ils pourront dormir plus facilement et rapidement. Je les guiderai dans une hypnose qui leur conviendrait, puis je leur ferai un enregistrement à écouter avant d’aller se coucher. Mais ça ne marchera qu’un temps, car à force d’entendre la même chose tous les soirs, les gens se lassent, n’écoutent plus vraiment l’enregistrement ou ne le branchent même plus. Ensuite, comme ils n’ont pas changé leurs habitudes, la problématique réapparaît.

 

Selon moi, il faut être prêt à se remettre en question, à faire quelques petits changements progressifs. L’hypnothérapie est très efficace dans l’accompagnement de personnes cherchant à changer leurs habitudes. C’est toutefois difficile d’expliquer le déroulement d’une séance sans un cas concret, chaque personne étan unique. Si j’imagine une personne n’ayant jamais fait d’hypnothérapie, j’envisagerais une première séance afin d’étudier la problématique et de lui faire découvrir l’état hypnotique. La séance aurait pour but d’entraîner la personne à être dans cet état de conscience modifié et de la rendre attentive à ses rituels de fin de journée. Le client écouterait ensuite cet enregistrement pendant une semaine. Cela permettrait d’entraîner l’imagination de la personne sous hypnose et de la préparer à des changements dans sa vie.

Pour la deuxième séance, nous pourrions préparer un planning avec les différentes étapes progressives afin d’améliorer le comportement nécessaire à une bonne transition au sommeil. Je ne suis pas un adepte des séances à répétitions pour la même problématique et j’apprécie les montages audio. Lors de la deuxième séance, nous pourrions parcourir les différentes étapes de la thérapie, puis je lui fournirais des enregistrements adaptés pour chaque semaine.

 

En deux séances effectives, une personne peut ainsi avoir 5-6 séances enregistrées.

 

Le client ne s’accoutume pas à l’enregistrement, car il change chaque semaine, ça libère mon emploi du temps, ça coûte moins cher, c’est plus efficace et tout le monde est content. En 1 mois et demi - 2 mois, il ne devrait plus avoir besoin des enregistrements.

Est-ce qu’il existe des petits trucs que les personnes peuvent déjà pratiquer de leur côté ?

 

J’aime bien les petits rituels. Ils permettent de désamorcer la journée. Pas besoin de passer des heures : brossez-vous les dents, déposez votre téléphone à l’extérieur de votre chambre, tenez-vous debout à côté de votre lit, prenez trois longues et profondes respirations, couchez-vous et pensez à ce cours de maths (ou autre) qui vous donnait tellement envie de dormir, … vous n’aviez pas le droit de dormir, … maintenant vous avez le droit, … laissez-vous aller.

Vu que c’est un débat bien présent sur la toile, tu es plutôt « bonne nuit de 8 heures de sommeil » ou « nuit plus courte mais micro-siestes dans la journée » ?

 

Ça dépend. Le problème des micro-siestes fréquentes est souvent le même que pour les sportifs qui mangent chaque 4 heures : sur le papier, ça peut marcher mais vous vous retrouvez sacrément décalé de la société.  Personnellement, je dors 8 heures, je me lève, je me prépare, je médite 20 minutes et si j’ai un coup de pompe en fin d’après-midi, je fais de l’auto-hypnose 25 minutes.

 

Toutes les personnes sont différentes, mais j’aime bien conseiller 7h30 de sommeil et 25 minutes de sieste après le repas de midi. Le mieux, c’est d’essayer… pas seulement 2 jours mais 2 mois.

La vie est longue, ça vaut vraiment la peine de trouver son rythme idéal.

Pour les personnes intéressées (pour une séance d’hypnothérapie, pas pour autre chose…) où peut-on te trouver ?

 

Il suffit de m’appeler au 078 648 84 86, de m’écrire à hypnose.alex.m@gmail.com ou de consulter directement mon site HypnoseAlex. Je me ferai un plaisir de discuter des possibilités d’accompagnements.


Notre série sur le sommeil et articles en lien