Le smoothie bowl

Un smoothie à base de fruits rouges, banane, orange et kiwi avec en topping des noix, des noisettes, des graines de chanvre, des graines de chia et de la coco râpée.
Un smoothie à base de fruits rouges, banane, orange et kiwi avec en topping des noix, des noisettes, des graines de chanvre, des graines de chia et de la coco râpée.

Le smoothie bowl est un petit-déjeuner « tendance » depuis plusieurs années déjà : présenté comme ultra gourmand mais aussi super sain par une grande partie des « fitgirls » sur Instagram, Pinterest et Youtube, ce petit-déjeuner semble être la recette parfaite pour bien attaquer sa journée.

 

Passons en revue ses composants et tirons-en un bilan.

Les ingrédients

La base d’un smoothie bowl est, on s’en doute, un smoothie. Banane, kiwi, pomme, poire, fruit rouge, orange et même épinard, chou kale ou autre fruit et légume : tout ce qui peut être mixé peut théoriquement être ajouté à votre smoothie. Certains le complètent encore avec de l’eau, du lait, des protéines, des compléments alimentaires et des « super aliments ».

 

Une fois votre smoothie mixé, versez-le dans un bol et préparez un topping esthétique (et accessoirement nutritif) : oléagineux, graines, granola, müesli, noix de coco, vanille ou encore des fruits supplémentaires.

 

Laissez libre court à votre imagination.

 

Au final, rien de bien sorcier puisque votre smoothie bowl est « déjà » prêt.

Notre point de vue

Un smoothie bowl c’est joli et c’est bon, ce qui est déjà pas mal. Par contre, on peut lui adresser plusieurs reproches :

  • Un fruit est composé de sucres (des glucides) et de fibres. En mixant votre fruit, vous brisez les fibres, or ces dernières permettent de ralentir l’absorption des glucides. Notre premier conseil est donc de ne pas trop mixer vos fruits afin que vous ayez encore quelque chose à mâcher.
  • Faites attention à ce que vous ajoutez en topping : un smoothie bowl recouvert de granola sucré ou de copeaux de chocolat ne sera pas forcément sain. Privilégiez au moins les oléagineux qui sont chargés de bons lipides et pensez à les réshydrater pour en faciliter la digestion.
  • Le problème avec un bon nombre de déjeuners tendances est leur manque de protéines. Pour y palier, vous pourriez diminuer la portion et manger, en plus, un œuf ou un petit poisson. Le cap du petit-déjeuner salé n’est pas facile à franchir pour tout le monde mais il faut au moins essayer. Vous pouvez y aller en douceur et les intégrer, par exemple, lors d’un brunch dominical.

Nos articles complémentaires