Un petit Suisse perdu chez les Kiwis #10

La solitude est la seule façon de pouvoir répondre à nos questionnements les plus enfouis en prenant de la hauteur sur nos problèmes afin d’y voir plus clair.
La solitude est la seule façon de pouvoir répondre à nos questionnements les plus enfouis en prenant de la hauteur sur nos problèmes afin d’y voir plus clair.

6 semaines pour apprendre l'anglais et 6 autres pour visiter un pays à l'autre bout du monde. C'est mon challenge pour ce début d'année 2016. Pour ce dixième article, je vais vous poser par écrit certaines de mes pensées ainsi que l’évolution subie durant mes dernières semaines. Cela peut intéresser les personnes qui vivraient une période de doutes ou d’autres qui liront ces prochaines lignes par simple curiosité. Dans tous les cas, ça change de mes précédents articles. Vous aurez tout de même quelques jolies photos à savourer.

Pour suivre mes aventures sur une carte, cliquez ici.


Les petits mots de Morgane dissimulés un peu partout afin que je ne perde jamais espoir.
Les petits mots de Morgane dissimulés un peu partout afin que je ne perde jamais espoir.

De la tristesse à la joie, du manque au contentement, je suis passé par tous les stades. Même si je croise du monde dans mon voyage, à cause de la barrière de la langue, ces dernières semaines furent rudes et le sentiment de solitude me gagna à plusieurs reprises. Cette sensation me paralysait et devenait, par intermittence, très douloureuse voire ingérable. Ayant eu également quelques complications, je me sentais de plus en plus perdu et avais du mal à reprendre le dessus sur mes émotions. Mais j’ai réussi, au fil des jours, à finalement les dominer. Après cette « expérience » tout me parut si facile et si magnifique, c’était tout simplement « le pied ». Je pense maintenant que ces moments difficiles nous permettent de nous connaitre davantage et que c’est au plus bas de notre motivation que nous pouvons gagner en force. Comme dirait une fille que j’ai rencontrée durant mon voyage : « A chaque fois qu’on remonte la pente, les prochains bas deviennent moins bas », car il ne faut pas se leurrer, nous pouvons à tout moment de notre vie toucher le fond. Donc si vous êtes dans une passade difficile, tenez bon !

Le sport, quel excellent exutoire.
Le sport, quel excellent exutoire.

C’est drôle de la façon dont j’avais organisé mes trajets en voiture ou mes marches avant mon trip, j’avais prévu une quantité phénoménale de musiques et de livres audio, afin de ne pas « perdre mon temps ». Pourtant, petit à petit, j’ai éteint ma radio, enlevé mes écouteurs et supprimé toute musique, me contentant de réfléchir et de faire le point. Tout compte fait, c’est peut-être ça « ne pas perdre son temps » : faire simplement le point sur sa vie.

Des pensées loufoques commencèrent à faire leur apparition, telles que « pourquoi le ciel est bleu ? » ou « pourquoi je ne vois pas dans la nuit ? ». Ainsi, dès que je faisais une pause lors de mes trajets, j’essayais de chercher les réponses à mes questionnements dans mes livres comme Prenez le temps d’e-penser de Bruce Bernamran qu’on vous conseille avec Morgane, même si elle préfère regarder sa chaine You Tube (Par exemple: "Pourquoi le ciel est bleu et le soleil jaune")

 

Le plus dur dans la solitude a été l’énorme travail que j’ai dû faire au quotidien pour me supporter et vu mes treize personnalités, ce n’était pas gagné (rire). Avec le temps, je me suis supporté de mieux en mieux et j’ai pu faire la paix avec toutes mes facettes.

La cuisine, mon second exutoire.
La cuisine, mon second exutoire.

Il est triste de passer sa vie à ne pas s’apprécier, nous vivons avec nous-mêmes 24h/24 et 7j/ 7. Certaines personnes passent leur vie à se détester, à se fuir. C’est un travail que tout individu devrait faire, sans aller non plus à s’applaudir le matin devant le miroir durant le brossage de dents.

Réussir à s’apprécier pour être mieux avec soi-même mais aussi avec les autres. Il faut arrêter de faire attention à nos comportements lors de nos interactions. Ne plus contrôler ses actes, ne plus réfléchir à comment meubler les conversations – vous savez ces « sinon… toi ça va ? » et les « (soupirs) ouais… (silence) comment la famille ? » – conduira paradoxalement à l’absence de silences gênés dans vos relations avec les autres. Bon… j’avoue que mon look baba cool, mes cheveux mi-longs gras, ma pseudo barbe d’imberbe et mon odeur corporelle musquée d’homme qui ne se lave qu’une fois par semaine avec du savon de Marseille (ne vous inquiétez pas je me douche tout de même à l’eau tous les jours (rire)), peut tendre à ne pas me parler... donc comme il y a moins de silences gênés, c’est plus facile à les gérer (rire). 

Mes longues marches me permettent de faire le point sur ma vie, même chose pour les longues heures de route et surtout mes pauses au milieu de nulle part qui deviennent de plus en plus longues. De jour en jour, je passe de la peur d’être seul à l’envie de garder cette solitude. Cette solitude renforce l’idée de ce que je veux faire de ma vie et ma passion à aider autrui. Si je peux enfin faire le point sur ma vie, c’est pour mieux pouvoir reprendre le travail que j’ai laissé derrière moi, mieux pouvoir chérir ma compagne (qui est d’une force incroyable à supporter mes hauts et mes bas) et mieux pouvoir profiter de mes amis ainsi que de ma famille. Ces moments me permettent également de surmonter mes peurs et de réparer mes erreurs, car on ne peut pas rattraper le temps mais on peut arrêter d’en perdre.

 

Pour finir cet article cliquez sur ce lien qui va vous dirigez vers une courte vidéo .    

Marche en direction de la montagne du destin.
Marche en direction de la montagne du destin.

See you!

Yannick