Notre trousse d'huiles essentielles pour le sport

Les huiles essentielles, ces parfaites coéquipières.
Les huiles essentielles, ces parfaites coéquipières.

Trois choses sont à garder en tête lorsque l’on utilise les huiles essentielles :

  1. une huile qui fonctionne sur votre voisin ne va pas forcément vous convenir. Pourquoi ? Parce que les principes actifs qui ont une efficacité physique ne suffisent pas pour définir une huile essentielle qui a aussi un pouvoir énergétique (actions sur les chakras, les doshas, etc.).
  2. la dénomination des principes actifs (les chémotypes) est toutefois primordiale puisqu’elle nous donne les informations sur les effets secondaires et les contre-indications d’une huile essentielle.
  3. Les huiles essentielles n’agissent pas comme des médicaments : il faut les appliquer très régulièrement pour en percevoir les effets et elles doivent être utilisées pour agir sur la cause de la maladie plutôt que pour en réduire les effets.


Quand on adopte un mode de vie où l’entrainement physique occupe un espace important, les blessures et les faiblesses ne sont malheureusement pas rares. C’est pourquoi, nous avons toujours avec nous une petite trousse de secours. Celle-ci ne renferme ni médicaments, ni pansements mais quelques flacons d’huiles essentielles. Les voici.

La Gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens) pour les douleurs locales

  • Elle est antiinflammatoire et elle est idéale pour les douleurs du genou.
  • Elle appartient à la famille biochimique des Esters et est composée à 90% salicylate de méthyle. Elle peut donc être qualifiée d’aspirine naturelle 
  • Les contre-indications : étant donné sa composition, il ne faut pas l’appliquer sur les femmes enceintes, les enfants de moins de 12 ans, les personnes traitées avec des anticoagulants et celle souffrant d’allergie à l’aspirine.
  • Une polémique américaine a même conduit à interdire la gaulthérie couchée. Ce n’est pas le cas en Europe mais veillez bien à respecter les contre-indications.
  • L’application : massez avec 1 ou 2 gouttes sur la zone douloureuse mais sans pression pour ne pas enflammer davantage !

L’Eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) pour venir à bout des tendinites

  • Elle est vraiment au top pour soigner les tendinites et les déchirures musculaires. Elle a une action chauffante et agit comme un antidouleur.
  • Etant de la famille biochimique des Aldéhydes terpéniques, elle peut irriter la peau, il vaut donc mieux la diluer dans une huile végétale.
  • Les contre-indications : risque d’irritation sur la peau.
  • L’application : massez avec 1 ou 2 gouttes diluée dans l’huile végétale sur la zone douloureuse mais sans pression pour ne pas enflammer davantage !

Le Ciste (Cistus ladaniferus) quand ça saigne

  • C’est la solution pour arrêter les saignements (les coupures, pas les hémorragies, on s’entend hein).
  • Elle appartient à la famille des Esters.
  • Compte tenu de la posologie (1 goutte sur la plaie), elle n’a pas de contre-indication et généralement bien tolérée.
  • L’application : 1 goutte sur un coton-tige que l’on tamponne légèrement sur l’entaille ou à l’intérieur du nez en cas de saignement.

L’Hélichryse italienne (Helichrysum italicum) pour éviter les bleus

  • C’est l’anti-hématome par excellence.
  • Elle appartient à la famille des Esters.
  • Compte tenu de la posologie (1 goutte sur le coup), elle n’a pas de contre-indication et généralement bien tolérée.
  • L’application : 1 goutte sur la zone touchée.

La Menthe poivrée (mentha piperita) pour anesthésier mais avec précaution

  • Elle a une action refroidissante et anesthésiante qui va soulager vos douleurs.
  • MAIS ATTENTION, car la menthe poivrée appartient à la famille des cétones qui peuvent être très toxiques dans le cas d’un emploi régulier.
  • Les contre-indications : on la réserve à l’adulte et on ne l’applique pas sur une femme enceinte ou allaitante. Surtout, on veillera à ne pas l’utiliser plusieurs jours de suite et on l’applique toujours à faible dose.

Les huiles végétales d’Arnica et de Millepertuis pour diluer vos huiles essentielles

Compte tenu des risques irritants pour la peau, il est préférable de diluer les huiles essentielles dans une huile végétale, ici l’arnica et le millepertuis. Ces plante sont connues pour soulager les douleurs musculaires et articulaires (pensez aussi aux boules homéopathiques d’arnica, idéales pour prévenir les courbatures et pour soulager les douleurs après un coup).


Une synergie pour le sport

Pour conclure, nous vous donnons la recette d’une lotion de massage à appliquer plusieurs fois par jour en cas de douleur. Bien entendu, cette synergie ne remplacera jamais l’avis avisé d’un médecin.

 

Pour un flacon de 30 ml

  • 27 ml huile végétale d’Arnica
  • 1,5 ml huile essentielle de Gaulthérie couchée
  • 1,5 ml huile essentielle d’Eucalyptus citronné

Après le sport, si la douleur est présente, vous pouvez ajouter au mélange dans votre main une goutte de menthe poivrée mais, encore une fois, veillez à ne pas en abuser.


Précautions d'usage

  • Les huiles essentielles doivent être utilisées avec précaution et être conseillé par un aromathérapeute est vivement recommandé.
  • Dans tous les cas (c’est-à-dire même sans contre-indication), elles sont déconseillées (à quelques exceptions près) aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 3 ans.
  • Afin d’éviter les irritations (pour les huiles essentielles concernées), appliquez-les sur la peau mélangées à une huile végétale et avalez-les avec du miel.